La Ducasse

Bien qu’ayant perdu énormément de son attrait depuis une vingtaine d’années, la Ducasse était un grand événement animant la vie du village.

La Ducasse est une fête populaire annuelle de villages et petites villes, en Belgique et dans le nord de la France, organisée généralement le jour de la fête du saint patron de la localité. Les régions davantage influencées par la langue flamande parlent également de « kermesse ». Dans le nord de la France Ducasse se traduit aujourd’hui par fête foraine.

Le mot Ducasse a son origine dans Dédicace, qui est la consécration religieuse d’une église ou d’un oratoire. Par métonymie elle est devenue la fête annuelle commémorant cette consécration. Le mot est attesté dès 1391 comme une forme dialectale de l’ancien français ducasse, dicaze (XIIème siècle). Il est emprunté au latin dedicatio qui signifie : consécration d’un temple, d’un théâtre, puis consécration d’une église.

A Wahagnies

Avant la construction de l’église actuelle (pose de la première pierre le 20 septembre 1874, achevée en 1879), la dédicace de l’église de Wahagnies se faisait en même temps que celle de Thumeries dont elle dépendait : le jour de l’Assomption (15 Août).

Dorénavant, la Grande Ducasse a lieu le 1er dimanche de Juillet et commémore la consécration de l’autel majeur de l’église le 24 Juin 1878 et la Petite Ducasse a lieu le 1er dimanche d’Octobre en commémoration de la consécration des autels mineurs le 28 Septembre 1880.

La tradition perdue

La ducasse s’installe sur la place du village : manèges, stands de tir, baraques à frites sont au rendez-vous. Traditionnellement, c’était l’époque du grand nettoyage des maisons, et les ménagères confectionnaient des quantités impressionnantes de tartes à la crème (tarte au libouli) et aux fruits. Après en avoir « doréné » les bords au jaune d’œuf, on les empilait dans des lessiveuses en prenant soin de les séparer par des cales de bois et on allait les faire cuire chez le boulanger. Les fournées de 20 à 25 tartes n’étaient pas rares. Cette anecdote devrait raviver des souvenirs chez les plus anciens Wahagnisiens et leurs enfants !

Le jour de la ducasse, on en régalait parents et amis puis on allait faire un tour sur la place pour monter sur les manèges, tirer à la carabine, aux fléchettes pour gagner des nougats, aux manicracs (la tirette) ou encore tenter sa chance a la loterie.

Le soir, il y avait bal, ou plutôt, il y avait deux bals ; l’un dans la salle des Troubadours, l’autre dans la salle des fêtes municipale. Il y avait à nouveau bal le lundi, et le mardi défilait le mariage à sabots (voir article sur Histo Libercourt), suivi du bal à sabots qui clôturait les festivités.

La tradition s’est perdue. Plus personne ne fait le grand nettoyage qui était de rigueur et si l’on cuit encore quelques tartes chez soi, il y a longtemps que le boulanger ne cuit plus pour les particuliers.

Ducasse et jeux étroitement associés

En 1922, le journal Le réveil du Nord annonce la Ducasse de Wahagnies :

A l’occasion de la ducasse, qui aura lieu dimanche 8, lundi 9 et mardi 10 Octobre, de nombreux jeux sont organisés dans les estaminets de la commune.

  • Jeu de dés au bac chez Laurent Arthur et chez Wagon Pierre.
  • Concours de javelots chez M. Diévart Albert et chez M. Wagon Paul.
  • Le lundi chez M. Diévart, concours de billons.

De superbes prix sont affectés à ces jeux. Notons que de nombreux forains sont installés sur la place : manèges d’aéroplanes, chevaux de bois, tirs, loteries, confiseries et jeux divers.

En complément des ducasses et dans le but d’animer le village, le 16 Décembre 1922, le conseil municipal institua une fête carnavalesque qui débuterait à la mi-carême, le 11 Mars 1923, afin « de détenir » la jeunesse qui a tendance à aller s’amuser dans les communes avoisinnantes. Cette fête connaitra un nouveau souffle à la fin des années 70 sous l’impulsion de l’équipe municipale en place.

Plus « récemment » (jusque fin 80)

Le lundi de Ducasse, certains se rappelent que les travailleurs se faisaient porter pâle afin de participer au concours de manille du lundi et/ou au bal apéritif du midi. Un concours de billons (jeu traditionnel du Nord de la France) se déroulait au café chez Julienne (rue Anatole France, voir la carte des commerces).

Lors de la Petite Ducasse en octobre, le lundi les élèves n’avaient pas l’école. Jusqu’à une époque récente, des tickets de manège étaient offerts aux élèves de la commune.

Les bals seront entre autres animés par l’orchestre d’Henri Salingue, Michel Lasselin et Benjamin Taillez (années 50) puis Agnés Bailleux à l’occordéon et son orchestre, par Maïté et son orchestre dont son mari tenait le café de la Bascule, par Los Prévost & les Vikings. Ce dernier étant composé de Léon Prévost, Georges Guilbert, Edouard Taillez, René Kaliski, Jean-Paul Cailleret et Patrick Geslack.

La Ducasse était une période d’une grande activité pour les cafés encadrant la place.

Auto-tamponneuses Boursier, Chenille, Loterie Lucien, Nouguat Omer, Commodore, Goldorak … feront remontés des souvenirs à des générations.

Pendant de nombreuses années, le lundi de la Ducasse d’octobre, le CLOS Wahagnies Handball organisait un moules-frites à la salle des Fêtes.

Dans le prolongement des festivités, la Municipalité instituera le traditionnel voyage pour les ainés du village le mardi de la Grande Ducasse de Juillet.

Sources : wikipédia, Livre Wahagnies de Bruno Labbe-Dupont & les souvenirs des Wahagnisiens

3 réflexions au sujet de « La Ducasse »

  1. j ai bien connu cette ducasse dans les année 70-80 c était formidable avec nos parents qui allaient au bal et qui passaient le dimanche apres midi sur la place de wahagnies avec tous ces manéges et surtout la loterie Lucien et qui finissaient par aller boire un coup au café chez bataille. merci pour ces grand souvenirs!!

  2. Merci d’avoir nommé les musiciens qui mettaient de la joie au village pour cette ducasse très bons souvenirs de ces moments là encore merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.